AFRIQUE- Afrique précoloniale

LA PRESENCE CHINOISE EN AFRIQUE

La présence chinoise en Afrique est très décriée et de plus en plus, spécialement par les occidentaux qui voient les chinois comme des concurrents leur prenant des marchés qui selon eux leur reviendraient de droit en raison de la main mise qu’ils ont sur l’Afrique et ses richesses

​ 

J’évoque ce sujet car j’ai personnellement entendu des africains se plaindre de la présence chinoise sans se référer à l’occupation occidentale passée et présente, bien pire.

 

La présence chinoise en Afrique est très décriée et de plus en plus, spécialement par les occidentaux qui voient les chinois comme des concurrents leur prenant des marchés qui selon eux leur reviendraient de droit en raison de la main mise qu’ils ont sur l’Afrique et ses richesses ; Mais il  faut savoir que la Chine et l’Inde ont été les premiers pays depuis l’Afrique précoloniale à commercer avec les Africains ; Les relations étaient empreintes de respect et jamais les chinois n’ont commis ni invasions, ni génocides,  ni mise en esclavage des noirs contrairement aux blancs dont toute l’économie donc le bien être repose sur l’exploitation, l’esclavage des noirs dont ils tirent profit jusqu’à aujourd’hui. Les occidentaux  ont envahi, exploité tous les pays non occidentaux, ont génocidé les populations, volé, exploité leurs ressources minières et forestières ; les chinois n’ont pas de pareils comportements à leur actif. Depuis que la Chine a commencé à travailler avec les pays africains ces derniers connaissent une prospérité nettement supérieure et même une progression annuelle à 2 chiffres pour certains. Les relations Chine Afrique bien que laissant à désirer certaines fois,  n’ont rien à voir avec les relations de domination avec les blancs qui exploitaient les africains de la manière la plus honteuse qui soit et sans le moindre scrupule, en les enfonçant dans une misère et une dette grandissantes accompagnées de leurs mépris pour la race noire.  Dans les rapports Chine Afrique, la Chine propose aux chefs d’Etat africains par l’intermédiaire de la Banque de Chine de leur construire des infrastructures : écoles, hôpitaux, logements, ponts etc….Choses que les Européens n’ont jamais faites. En retour ils obtiennent le droit d’exploiter les ressources minières et reversent à l’Etat africain un pourcentage des profits réalisés

La Chine encourage l’Afrique à faire du développement des infrastructures une priorité de la revitalisation économique.

De 2016 à 2020, l’investissement total dans les projets d’infrastructure en Afrique a atteint près de 200 milliards de dollars, d’après le livre blanc intitulé “La Chine et l’Afrique dans la nouvelle ère : un partenariat d’égalité”.

Les projets mis en oeuvre par les entreprises chinoises représentaient 31,4% du total des projets d’infrastructure sur le continent africain en 2020.

Depuis la fondation du Forum sur la coopération sino-africaine, les entreprises chinoises ont utilisé divers fonds pour aider les pays africains à construire et à moderniser plus de 10.000 kilomètres de chemins de fer, près de 100.000 kilomètres d’autoroutes, près de 1.000 ponts et 100 ports, ainsi que 66.000 kilomètres de lignes de transmission et de distribution d’électricité, selon le livre blanc.

Elles ont également aidé à construire une capacité de production installée d’électricité de 120 millions de kilowatts, un réseau de communication de base de 150.000 kilomètres et un service de réseau couvrant près de 700 millions de terminaux d’utilisateurs, ajoute le document.

 

La Chine a consolidé sa présence en Afrique depuis plus d’une décennie, jusqu’à devenir le premier investisseur et le principal partenaire économique et commercial. Si les obstacles et les résistances sont nombreux, et si la rivalité avec d’autres puissances – notamment d’autres puissances émergentes comme l’Inde et le Brésil – sont vives, la Chine continue d’y développer des infrastructures routières, portuaires, et aéroportuaires. C’est surtout depuis 2000 qu’on observe un renforcement de la présence chinoise en Afrique dans les investissements, l’aide au développement, le soutien à la construction d’infrastructures et le dialogue avec les dirigeants africains. 

La Chine a besoin des ressources énergétiques dont regorge le continent africain, et ce dernier a besoin des aides chinoises pour se développer. Le pétrole du Nigeria, de l’Algérie, de la Libye, de l’Angola, du Soudan et de la Guinée équatoriale, le fer et le cuivre de l’Afrique du Sud et de la Zambie, le cobalt et le coltan de la République démocratique du Congo, le bois du Gabon, du Cameroun et du Congo, de même que le chrome du Zimbabwe sont des ressources indispensables pour Pékin. De tous les enjeux énergétiques liés à l’engagement de la Chine en Afrique, le pétrole est le plus important.

 

La production pétrolière africaine, qui représente un peu plus de 10 % de la production mondiale, est donc pour Pékin une solution pour amoindrir sa dépendance envers les producteurs du Moyen-Orient . Plus précisément, c’est la région du golfe de Guinée qui va nourrir la soif chinoise. Elle constitue pour Pékin un enjeu stratégique pour assurer ses approvisionnements : le Nigéria produit 2 500 000 barils par jour, l’Angola, un peu moins d’un million, la Guinée équatoriale, le Soudan, le Congo, le Gabon et le Tchad, autour de 250 000 et 300 000.

Les réserves en minerais de l’Afrique représentent un autre attrait indiscutable pour Pékin et les pays africains sont plus que disposés à exporter leurs productions vers la Chine. Le Niger a d’importantes réserves d’uranium, le Zimbabwe exporte du platine, le Congo et la Gambie du cuivre, l’Afrique du Sud et la Guinée de la bauxite, et de nombreux États ont d’importantes réserves de fer ou de cobalt. Des ressources qui favorisent les partenariats commerciaux, et permettent à ces différents pays de vendre à la Chine des quantités importantes de minerais. À cela s’ajoutent les importants échanges de bois ou de coton, dont la croissance chinoise a besoin, et qui permettent aux pays africains d’afficher une balance commerciale souvent excédentaire. Enfin, la Chine a d’importants besoins en agriculture, et développe de multiples partenariats avec les pays africains dans ce domaine. Mais je pense que les pays africains devraient transformer leurs matières premières sur place au lieu de les vendre brut  ; cela permettrait de créer de l’emploi en Afrique. 

 

Il est à noter tout de même que la Chine est le pays qui investit le plus en Afrique subsaharienne aujourd’hui notamment en matière d’infrastructures (routes, stades, palais, etc.…). Les gouvernements Africains signent de plus en de plus de partenariats avec la Chine car il y a le sentiment d’être traité d’égal en égal. La chine n’a pas d’histoire coloniale avec l’Afrique. Par ailleurs, outre les gouvernants, la plupart des populations estiment que les Chinois travaillent mieux et vite en comparaison de sociétés par exemple française. Si un projet initié par les Chinois échoue ou tarde à se concrétiser, c’est souvent lié à des luttes intestines au sein des gouvernants ou le non-paiement des échéanciers de la part du pays bénéficiaires.

Abdoulaye Wade déclarait au sommet UE-Afrique de décembre 2007 tenu à Lisbonne : « Quand je veux construire cinq kilomètres de routes avec la Banque mondiale ou les autres institutions financières internationales, il me faut cinq ans. Avec la Chine, c’est quelques jours. Je dis oui ou je dis non, ils viennent, on signe le papier, ils sont sur place ». Cela permet également aux hommes politiques africains d’améliorer leur image auprès de leur population en montrant que la situation évolue.

De plus, Pékin ne se préoccupe pas des affaires internes (bonne gouvernance, droits de l’Homme, démocratie, etc.) de certains pays Africains.

Contrairement aux Américains, aux Français ils n’ont pas de bases militaires installées en Afrique pour intimider les africains, organiser des coups d’Etat violents pour installer des chefs d’Etat désignés par eux et leur accordant des marchés à leur profit. Ils n’ont pas non plus inventé des maladies (Sida, Ebola) et des vaccins pour décimer les africains. Evidemment certaines entreprises chinoises et des chinois commettent des abus, Mais n’appartient-il pas aux pays africains de se faire respecter et exercer des sanctions contre ces abus ? les africains doivent faire la loi chez eux et sévir. 

Mais attention, les Africains doivent rester très vigilants et ne pas faire confiance les yeux fermés à la Chine. La Chine 1ère puissance économique mondiale, atelier du monde, n’a pas intérêt à ce que l’Afrique  devienne une puissance capable de les concurrencer un jour et ne voit pas d’un bon œil le développement de l’Afrique en ce sens; Il est de son intérêt  que l’Afrique reste demanderesse et continue à recourir à ses services pour la construction de ses infrastructures.

Mais les Africains doivent prendre conscience de la puissance qu’ils seront s’ils sont  unis : je parle des Etats Unis d’Afrique. L’Afrique est le plus grand continent de la planète bien que les blancs fassent tous leurs efforts pour la faire apparaitre beaucoup plus petite sur les mappemondes afin de dégrader les noirs et l’Afrique. L’Afrique possède en abondance toutes les richesse de la planète dans son sous-sol et n’a pas besoin d’aller chercher ailleurs, sa population est de 1milliard 400 millions d’habitants, elle est jeune :l’âge moyen est de 18 ans alors qu’il est de 30 ans sur le reste de la planète (43 ans en Europe), elle ne connait pas de tremblements de terre et est peu exposée aux catastrophes naturelles. A l’étranger sa diaspora est souvent de haut niveau culturel et contribue au développement des pays où elle se trouve (USA, Europe etc…). Que cette diaspora retourne en Afrique, que l’Afrique revienne à ses frontières d’avant 1885, année de la conférence de Berlin qui a vu son partage comme un gâteau entre les pays occidentaux. Alors l’Afrique sera le continent puissant et d’avant-garde de la planète et les Africains seront tout naturellement respectés. Ce rêve reste réalisable dans le temps.

Stade de l'Amitié à Dakar Sénégal

Stade de l’amitié à Dakar Sénégal construit par la Chine

Chine Infrastruct Afrique 2.jpeg
Chine barrage afrique.jpg
L'Afrique d'Est à l'Ouest mesure 7200 km, la Russie 6400km a 800 km de moins,

L’Afrique d’Est à l’Ouest mesure 7200 kms, la  

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu pourrais aussi aimer

bien avant l'époque coloniale, ce continent était organisé en empires : Empire du Ghana, du Mali, du Songhai, du Zimbabwée, du Congo etc....avec à leur tête un roi ou empereur et doté d'organisations religieuse, militaire, judiciaire. Ces pays étaient très riches, c'étaient des royaumes prospères et opulents,
AFRIQUE- Afrique précoloniale

L’Afrique Précoloniale Avant Son Invasion Par Les Blancs

Les blancs aiment présenter l’Afrique comme un continent primitif afin de justifier l’esclavage, leur mépris et leurs crimes envers les
Le pillage des ressources naturelles de l'Afrique a depuis toujours laissé une misère inhumaine en Afrique, que ce soit pour les économies, les sociétés et l’environnement. L’Afrique d’aujourd’hui, c’est certainement le continent le plus riche en ce qui concerne les gisements de toutes sortes.…
AFRIQUE- Afrique précoloniale

Pillage de l’Afrique, Le Franc CFA

DÉCADENCE DES SYSTÈMES ECONOMIQUE FINANCIER, COMMERCIAL MIS EN PLACE PAR LES OCCIDENTAUX, PILLAGE DE L’AFRIQUE, LE FRANC CFA : cette monnaie